• Oaristys (extrait)

    ... Le vent, comme une main, caressait le blé tendre,

    Qui vibrait de plaisir dans le souffle espéré.

    Et la plaine ondulait comme une femme à prendre, 

    Les épis relevés de dédir enfiévré ...

    (poésimages 2)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :