• Le poète errant (extrait)

    ... J'ai même pénétré des brumes sans matin, 

    Où chaque ombre vivante était une catin,

    Se glissant contre moi, comme une feuille morte, 

    Les mains et le coeur froids au perron de sa porte ...

    (poésimages 2)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :